Généralement, lorsque je vais à un concert et que je retrouve exactement ce que j'ai entendu sur album, je suis déçue.
Après tout, à quoi bon se déplacer pour un live si c'est pour avoir la même chose que bien au chaud dans le canap' ?
Je me souviens de ce concert de PJ Harvey aux arênes de Nimes où je m'étais emmerdée comme un rat mort, avec l'impression d'entendre du studio en moins bien.

Tom McRae sera l'exception qui confirme la règle.
Ce soir à la Cigale, pendant deux heures parfaites, j'ai retrouvé l'exacte ambiance de ses albums.
Mais ça avait quelque chose de magique.
Probablement grâce à cette salle que j'adore définitivement, pas trop grande, intime, presque.
Probablement aussi grâce à cette scène dépouillée, 2 pianos, un micro, un éclairage simple, tamisé.
Très certainement aussi à cause du violoncelliste qui accompagne McRae. Le violoncelle en live, ça m'a toujours remué les tripes.
Mais par dessus tout à cause du personnage en lui même, que je n'imaginais pas du tout comme ça.
Simple, ouvert, causant, drôle, même.
Jouant avec le public, heureux d'être là.
Pas juste le gars venu faire son set corvée et basta.

Ce soir à la Cigale il y avait des étincelles qui crépitaient le long du micro de Monsieur McRae.
Il nous a dit merci, beaucoup, longtemps.
Merci à toi Tom, surtout.