Je dois être malade.
Je sais pas ce qui m'a pris, j'ai décidé de ranger ma chambre.
Mais genre, vraiment.
D'habitude "ranger ma chambre" signifie en gros ramasser les fringues qui trainent, faire des tas avec les bouquins qui débordent des étagères et pousser vaguement le tout dans un coin.
Non là, c'est du *vrai* rangement.
Avec des sacs poubelle. Beaucoup de sacs poubelle.
Vu l'ampleur de l'entreprise, impossible de tout faire en une fois. J'ai donc adopté une technique simple : 1 jour = 1m2.
Ma chambre faisant dans les 25m2, d'ici un petit mois tout devrait être nickel.
Sauf si, évidemment, le temps d'arriver au 25ème m2, le 1er est de nouveau en bordel.
Ce qui, je ne vous le cache pas est une sorte de possibilité probable.

Le truc merveilleux avec le rangement c'est le principe de redécouverte.
Je redécouvre des fringues dont j'avais totalement oublié jusqu'à l'existence.
Je redécouvre des montres, des bijoux, des livres.
Et je redécouvre des morceaux de mon passé, bien sagement entassés dans des cartons qui prennent la poussière.

1999.
La bulle est à son apogée. Je bosse 15h par jour à coder des sites web laids et inutiles vendus des centaines de milliers de francs à des clients naïfs et totalement béotiens.
Chez Grolier Interactive c'est la fête. Tout le monde est beau, tout le monde est gentil. Club-Internet appartient encore à Lagardère, on est assis sur des T1 alors que le monde entier pédale en 56k, le monde est à nous, le net est à nous. Tous les jeudis on se saoule la gueule aux frais de la boîte.
Et puis on pond des trucs comme ça :


Limite si j'ai pas versé une petite larme en trouvant ce papier froissé au fond du carton.
Merde, je crois que je viens juste de nous faire une crise de "c'était mieux avant".

Jvais prendre mes pilules roses, je reviens.