On me reproche d'avoir politisé ce blog.
On me dit qu'on va aller voir ailleurs.
Je rigole doucement.
Ce n'est pas comme si j'avais jamais fait mystère de mes idées politiques ni même (et bien avant le début de cette campagne) de mon dégoût des méthodes Sarkoziennes.
Vous ne supportez pas de lire cela ?
Très bien, passez votre chemin. Les fanatiques de tout poil, je m'en passe très bien.
Par contre, si, ayant fait un choix différent du mien, ou n'ayant pas encore fait de choix du tout, vous êtes prêt à continuer de réfléchir, à supporter la contradiction, à débattre, à penser, alors, ce post est pour vous.

Alain Damasio, auteur dont j'ai parlé ici à plusieurs reprises, a initié jeudi 26 Avril un appel des auteurs de l'imaginaire contre la "Narcose Sarkozy".
40 écrivains y ont participé, parmi lesquels Ayerdhal, Stéphane Bauverger, Catherine Dufour, Fabrice Colin, Vincent Wahl et bien d'autres ..
C'est cet appel, constitué d'un texte collectif et d'une série de micro-fictions que je souhaite relayer ici.

APPEL D’AIR
Les écrivains des mauvais genres s’engagent contre Sarkozy

Vous êtes de ceux qui pensent que Sarkozy est le meilleur pour gouverner la France.
Vous avez raison. Il est le meilleur — pour le faire croire.
Il n’a nul besoin d’être compétent, sincère ou humain : il lui suffit de produire des effets de compétence, de sincérité et d’humanité.

Sur l’arc de nos sensibilités, une dominante : pour nous, Nicolas Sarkozy est dangereux.
Extrêmement dangereux. Dangereux pour les libertés publiques qu’il quadrille et canalise. Dangereux pour le corps social qu’il fractionne, stratifie et oppose bloc à bloc, communauté par communauté. Dangereux parce que la politique qu’il propose est parfaite pour permettre aux plus richement dotés en capital social, médiatique et financier d’appauvrir encore plus cruellement ceux que ce système broie.

En tant qu’écrivains de science-fiction, de fantasy et autres mauvais genres, nous avons une vocation et, qui sait ? une arme de construction massive : offrir des champs de visions — tout spécialement lorsque l’image est fabriquée pour obliger notre perception. Avec nos moyens, nous cherchons, comme beaucoup, à lire dans le réel ce qui le travaille et dans le présent ce qui tend à lui imposer un futur qui ne propose plus, pour la pensée et pour la vie, le moindre avenir.
Notre appel ne vise pas à ajouter aux débats nos salves d’arguments antisarkozy et nos démonstrations chiffrées, référencées, précises : journalistes probes, citoyens et militants le font déjà, avec force et courage, avec brio parfois.
Il vise à vous offrir des microfictions dures, drôles, parodiques ou glaçantes, écrites au fil de l’urgence et qui dessinent des trajectoires de résistance en nous confrontant à ce qui nous attend.
Mots de passe, donc, plutôt que mots d’ordre.

Téléchargez l'ensemble des textes en PDF : Appel d'air