Se remettre à écrire.
Se remettre à bloguer.
Pas si simple en fait.
Plus qu'une question de choses à dire, le blog est avant tout un rythme, une habitude, un geste, une pensée familière.
Tout part d'un interdit que l'on se pose.
"Non, ça, je peux pas en parler".
Tout part d'interdits qui s'empilent.
Et finalement tout est lié.
Ne reste que le trivial, et le trivial vaut-il la peine d'être dit ?
Sûrement que oui.
Mais avoir peur que le trivial entraine le plus important.
Et ça, c'est interdit.
Se mettre des limites qui deviennent des murs infranchissables. Jusqu'à perdre l'habitude, simplement.
Qu'est-ce qu'on a pu en rire de ce "ah ça c'est bloggable !". Mais au final comme il est vrai qu'il est partie intégrante du processus.
Qu'il en est même le coeur.
Ne pas perdre la curiosité. Mais perdre l'envie de faire partager.
Et puis l'envie revient mais on ne sait plus trop par quel bout s'y prendre.
Comment c'était quand j'ai commencé déja ?
Ah oui, comme ça. Un empilement de petits riens. Avant les véritables mots qui ont du sens. Avant de se livrer. Avant de raconter, vraiment.
Avant de prendre l'habitude, créer le rite. Le rituel. Le réflexe. "Ah, ça, c'est bloggable !".
Réapprivoiser la pensée pour la couler dans les mots.





Hey, salut vous.
Ca faisait longtemps, non ?