:. Words (still) Falling Apart .:

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 13 août 2008

On en remet une couche - Cherche Dev Web Passionnément

Je sais pas si c'est les grandes vacances, ou l'effet néo bulle Web 2.0, voire une conjugaison des deux, mais toujours est-il que j'ai bien du mal à trouver le fameux développeur web dont je vous parlais il y a quelques posts de cela.
J'en remets donc une couche, parce que ça ne peut pas faire de mal.
Je cherche donc un dev web junior (enfin, un senior m'irait aussi hein, mais niveau budget je vais être un peu juste :/ ) pour bosser sur un vraiment chouette projet pour une association de micro-crédit.
Il s'agit d'un poste en CDI, dans une toute petite équipe, avec une vraie autonomie et de l'espace pour (à mon avis) vraiment se faire plaisir.
Depuis mon dernier post on a pas mal avancé sur les spécifications techniques du projet, donc j'apporte une précision, le développement se fera sur la base d'un Drupal, donc mon candidat idéal connait ce CMS (ou du moins il a déja un peu fait joujou avec).
N'hésitez pas à faire tourner cette annonce, c'est pour la bonne cause !

vendredi 11 juillet 2008

Offre d'emploi - Développeur Web Junior

Une fois n'est pas coutume, j'utilise ce blog à des fins professionnelles.

Alors, que j'vous explique.
Depuis le mois d'Avril, j'effectue une mission pour l'Adie, acronyme de l'Association pour le Droit à l'Initiative Economique.
Si vous n'en avez jamais entendu parler, l'activité de l'Adie consiste à prêter de l'argent (sous forme de micro-crédits) à des personnes en situation précaire (chômeurs, rmistes, salariés à temps partiel etc.) et n'ayant donc pas accès au crédit bancaire classique, afin de les aider à créer leur propre emploi en montant une boîte ou en lançant une activité en tant qu'indépendant. L'Adie accompagne également ces personnes dans leur démarche, les aide à monter leur projet et à démarrer leur activité.
Dans le cadre de ma mission au sein de l'association, je cherche à recruter un développeur web, qui sera salarié de l'Adie en CDI.
Je ne peux pas encore donner trop de détails sur la teneur exacte du projet, qui est pour l'instant confidentiel, mais je sais qu'à l'époque (de plus en plus lointaine, argh, les années passent) où je faisais du développement, j'aurais beaucoup aimé participer à une aventure de ce genre.

Vous pouvez downloader la fiche de poste détaillée ici..
Surtout, n'hésitez pas à la faire tourner si vous connaissez des gens susceptibles d'être intéressés !

lundi 30 juin 2008

Citronnade de Fleur

Eric Dupin, de Presse-Citron, a décidé de se lancer dans une série de portraits sur les métiers du web.
J'ai eu le plaisir d'inaugurer cette série, lors d'une interview téléphonique il y a quelques jours.
Eric a publié ce matin le résultat de cet entretien et, même si il a bien été forcé de faire quelques coupes dans tout ce que je lui ai raconté (vu que je suis une pipelette qui passe son temps à digresser), je tiens à saluer son travail de rédaction et de synthétisation. Je crois bien que c'est la première fois que je vois une interview de moi où l'auteur n'a ni déformé mes propos, ni sorti mes phrases de leur contexte.

Alors merci beaucoup Eric, je pense que je vais faire lire cet article à ma famille, et grâce à toi mon papa saura enfin que répondre quand on lui demande ce que fait sa fille (chef de projet web, ca fait quand même mieux que "elle travaille dans les ordinateurs" ;p).

mardi 15 mai 2007

1 life - 7 cards

ou "ma vie en 7 cartes de visite"






Bon en vrai il en manque une, celle d'AOL, mais j'arrive pas à les retrouver (elles doivent être dans un m2 que j'ai pas encore rangé) et pis tfaçon j'ai détesté cette boîte et j'y suis restée que 6 mois donc ca compte pas vraiment.

dimanche 18 mars 2007

No Logo

mardi 9 janvier 2007

The number of the Beast

493 602 122 00019

Je crois bien que c'est la première fois qu'un nombre me colle un sourire aussi indescotchable sur le visage.
Comme quoi, le bonheur, ça tient à peu de choses.

vendredi 5 janvier 2007

Les aventures de Flaoua au pays du racket institutionnalisé

Ca y est, paf, le v'la, le bout du tunnel, hop, je suis très officiellement chef d'entreprise.
La course fut longue, semée d'embuches, de formulaires CERFA et de non-sens administratifs, mais bordel, c'est fini !
Par contre, je ne peux résister à la tentation de vous raconter l'épisode final de mon périple entreprenarial.


Alors voilà.

Ca se passe à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Seine-Saint-Denis (autrement appelée "neuf trois wesh yo").
Sourire aux lèvres et ne pouvant m'empêcher de chantonner béatement (ben oui quoi, c'est la dernière ligne droite), je pousse la porte du CFE (ou "Centre de Formalités des Entreprises"), dûment munie de mon dossier pré-rempli sur le net (gloire à la modernisation de l'administration) et de tous les justificatifs nécessaires. Normalement, je n'ai qu'à déposer ce dossier et, sous une 8aine de jours, je devrais recevoir mon beau K-Bis tout neuf émis par le greffe.
Bon, même pour juste déposer un dossier il faut prendre un ticket, mais qu'à cela ne tienne, j'ai pensé à emmener, en plus de mon beau dossier, mon ipod nano de Noël (occasion pour moi de glisser ici que mon N'amoureux est un rox0r du cadeau) ainsi qu'un bouquin (l'administration, ma p'tite dame, ca m'connait). Hop, j'empoche le ticket et m'installe dans la salle d'attente.
Quelques poignées de dizaines de minutes plus tard, j'atteins le saint des saints, et tends fièrement mon dossier à la dame derrière le comptoir.
"C'est pour un simple dépot ou vous souhaitez le faire valider ?
- Ben euh .. je le dépose pour validation quoi.
- Alors en fait, vous pouvez nous le déposer simplement et il passera par nos services de validation, ou alors vous pouvez voir tout de suite un conseiller qui le validera avec vous et vous pourrez recevoir votre K-Bis dans les 72 heures. Mais ça, c'est 60 euros de plus.
- Oh vous savez, je suis pas à quelques jours près.
- Hmm oui mais là on a pris 1 mois de retard, on est entrain de traiter les demandes du 5 décembre, donc comptez un bon mois et demi avant d'être enregistrée.
- ....
- Sinon vous pouvez voir un conseiller maintenant. C'est 60 euros. Vous pouvez payer par Carte Bleue.
- Ah ben je vais faire ça alors ..."

Et effectivement, dans les 5 minutes, j'étais reçue par une demoiselle, charmante au demeurant, qui a passé en revue mon dossier, cliqué sur 3 boutons (vu qu'il avait déja été rempli sur le site web du CFE, il n'y avait qu'à relire et cliquer sur "ok", en gros), m'a indiqué que je recevrai mes 4 extraits de K-Bis dans le courant de la semaine prochaine, et voilà, bonsoir, ca fera 60 euros mademoiselle, bon week end.

J'en suis ressortie toute contente évidemment, la dernière formalité accomplie, le cauchemar administratif derrière moi.

Mais tout de même ...
... j'ai bien l'impression de m'être faite racketter par l'Etat.

mercredi 25 octobre 2006

Dis, t'as pas 1000 pièces d'or ?

Bon le truc c'est que comme j'ai décidé de tout chambouler dans ma vie au dernier degré (genre, grandir, tu vois), ben je le fais pas à moitié.
Alors voilà, j'suis entrain de monter une boite. Pas en carton (du moins j'espère).
Telle la sufragette jetant son soutien-gorge, moi j'ai décidé de jeter mon patron, enfin, mes, les anciens, les eventuels futurs, paf, y'en a plu.

Me v'la indépendante.

J'ai bien conscience que je ne dis adieu à des patrons cons que pour mieux adopter des clients chiants, mais ceux là, au moins, ils ont une bonne raison : ils sont clients (et puis les sous, ils finissent dans ma poche, et pas dans le 4x4 d'un cravateux polytechnicien de mes deux).
Bref, s'pas l'sujet.
Je monte ma boite donc.
Comme je suis chomeuse (ah mince, j'ai ptêt oublié de vous raconter le passage où après 6 mois de négociations et d'attermoiements, l'inspection du travail m'a *enfin* laissé quitter le calvaire humain qu'était mon ancien taff), j'ai droit à des aides et accompagnements en tout genre, ce qui est plutôt cool. Et puis comme j'habite en Seine Saint-Denis, terre ô combien ravagée entre toutes, y a des tas d'organismes locaux qui tentent d'aider les jeunes à réaliser leurs projets de boites super cools, comme des boucheries Hallal ou encore des épiceries ouvertes 7 jours sur 7.
Téléphonant à l'un de ces organismes pour prendre un rendez-vous afin d'obtenir un peu d'aide dans la paperasserie (formulaires Cerfa et autres joyeusetés, c'est clair, en France, faut *vraiment* être motivé pour entreprendre), j'obtiens à l'autre bout du fil une jeune femme peu amène, qui me soumet à un interrogatoire digne du Mossad. La conversation dure un certain temps et puis ...

" Bon et donc vous avez besoin de financement pour quoi ?
- Ben euh, j'ai pas vraiment besoin de financement, j'ai tout ce qu'il faut pour démarrer vous savez, je vais principalement travailler de chez moi avec mon ordinateur et mon téléphone, et ca, j'ai déja, donc euh ..
- Ah bon vous n'avez pas besoin d'argent ?
- Ben non, moi je cherche plus du conseil, de l'accompagnement dans ma création d'entreprise, vous savez c'est pas facile, c'est un peu effrayant tout ca, de se jeter à l'eau comme ca.
- Ah oui mais nous on donne de l'argent.
- Euh oui mais j'ai vu sur votre site web que vous aviez un réseau d'accompagnateurs, de partenaires, pour aider les gens dans leur projet de création d'entreprise, pour les conseiller quoi ..
- Oui mais si vous voulez pas d'argent on peut rien pour vous.
- ... ah bon ben .. je vous rappellerai si j'ai besoin d'argent alors ..
- Oui c'est ca, au revoir."

La prochaine fois je demanderai un million d'euros si ca permet de pouvoir parler à quelqu'un qui m'aide à remplir ces !@# de formulaires.