:. Words (still) Falling Apart .:

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 28 avril 2007

Résis' Stances

Putain mais non !
Réveillez-vous bordel.
Comment pouvons nous vouloir de la France version Sarkozy ?
Comment pouvons nous nous aveugler au point de croire que la solution à nos problèmes personnels se trouve dans l'acharnement sur le voisin, responsable de tous nos maux ?
Comment pouvons nous avoir survécu au 21 Avril, avoir manifesté, avoir bougé, avoir repris possession de notre citoyenneté et sciemment élire la version naine du gros borgne ?
Comment pouvons nous croire qu'au nom d'une éventuelle embellie économique il n'est pas bien grave de piétiner allégrement toutes les valeurs sociales et humaines qui sont la base de notre société ?
Comment pouvons nous nous laisser embobiner par ce personnage hystérique, égotique, accro au pouvoir, violent, injurieux, adepte du Tout Contrôle, des pressions en tout genre, de l'élimination pure et simple de quiconque ose penser différement de lui ?

Je m'en fous moi de Sarkozy.
Je veux dire, j'ai tout à y gagner.
Bien blanche, bien française, autodidacte, chef d'entreprise, avec une forte tendance à la surconsommation inutile, vivant au milieu des wesh qui me traitent de salope quand je repousse leurs avances lourdingues. Ca fait des années que je ne fume plus d'herbe, j'ai assez de fric pour oublier de me faire rembourser mes médicaments, des parents bourgeois, l'espoir d'un jour pas trop lointain où j'achèterai mon propre appartement ...
Sarko, on dirait qu'il est fait pour moi.

Sauf que.

Sauf que dans cette histoire y a pas que ma pomme.
Sauf que moi je ne veux pas d'une France de la loi du plus fort.
Sauf que moi je ne veux pas d'un Etat policier.
Sauf que moi je ne veux pas du fichage génétique, de la discrimination positive, du financement des institutions religieuses par l'Etat, du Ministère de l'Immigration, de flics dans les écoles et de cowboys de la BAC dans les citées.
Sauf que moi je ne veux pas d'une franchise sur les remboursements de la Sécurité Sociale, de la privatisation des services d'aide à la personne, de la mort de la Culture, des coupes de budget pour l'Education Nationale.

Je fais partie de la France qui se lève tôt.
Je bosse en moyenne 10h par jour, et le week end.

Et Monsieur Sarkozy, je vous crache à la gueule.

Réagissez bordel !!

mercredi 25 avril 2007

Le deuxième effet Weight Watchers

Je crois bien que quelque chose a basculé dans ma vie ....

Avant, je rêvais de ça :


Maintenant je rêve de ça :

samedi 14 avril 2007

Interruption de service

Non, c'est pas comme chez Blizzard, la femme de ménage n'avait pas débranché le serveur pour passer l'aspirateur.
C'est juste *quelqu'un* qui, chez Gandi, a décidé de supprimer une ip sans prévenir personne.
Accessoirement, cette ip était celle sur laquelle pointait ce blog.
Et une poignée d'autres.

On va quand même pas se faire chier à envoyer un mail pour une poignée de clients.

Non, effectivement, on va pas se faire chier.

Finalement, derrière les grandes paroles et les belles promesses sur un "service différent", y a juste une boîte qui fait du business, comme tout le monde.

On me dira qu'il fallait vraiment être naïve pour arriver à m'étonner de ça en 2007.
Je répondrai qu'il y a des croyances qui ont la vie dure.

Mais c'est bon, celle là est morte.

Reprise des programmes incessamment sous peu.

mercredi 28 mars 2007

Remember, it's just food, not love

C'est dans ces moments là que j'ai envie de manger.
Compensation classique me dira-t-on.

Et on aura raison.
N'empêche.
Massacrer le pot de Nutella à la petite cuillère.
Une cuillère à café = 1 point.
Combien y a de cuillères à café dans un pot de Nutella ?
Ravager le frigo.
400 grammes de Comté, 18 mois d'affinage.
30 grammes = 3 points.
Allez, je fais un forfait à 40 points le tout.
Heureusement il est trop tard pour me venger sur un menu Royal Cheese, frites, coca + sundae chocolat.
J'arrive même pas à imaginer le nombre de points.

Mais non merde, c'est que dla bouffe hein, tu vas pas foutre en l'air des semaines d'efforts pour une crise d'anxiété.

Alors je fume.

Un chameau après l'autre, jusqu'à avoir la tête qui tourne.

Au moins quand j'aurai mon cancer du poumon, je serai mince.

mercredi 14 mars 2007

Il va y avoir d'la mob !

Ca faisait bien longtemps qu'on avait pas vu une flashmob s'organiser sur Paris.
D'ailleurs, pour moi, celle où j'avais trainé ma mère fut la dernière.

Bonne nouvelle, pour le lancement en DVD du géniallissime Little Miss Sunshine, une flashmob est organisée.
Ca se passera à Paris, le 21 Mars.
Il suffit de vous inscrire sur le site Little Miss Flashmob et vous recevrez les infos par mail la veille de la flashmob.

Pour une fois qu'une opération de marketing est un peu originale, moi je dis, allons-y !
En tout cas, j'y serai.

jeudi 8 mars 2007

Mauvais journalisme du matin, chagrin.

Voilà ca y est, ça m'énerve encore.
Bon, ça fait un moment déja qu'elle m'énerve cette foutue campagne électorale (j'ai un post dans la tête sur le sujet, faut juste que je trouve le temps de vous l'écrire), mais là, bordel, même si c'est un détail, j'ai failli m'en étouffer sur ma tartine de pain beurrée (pain 50g + 1 cc de beurre allégé = 2,5 points, faut aussi que jvous parle de mon régime).
Je suis là, tranquillement, petit dej en regardant les infos, I TV, merci la TNT.
La journaliste (dont je ne suis pas arrivée à trouver le nom sur le site de la chaîne, c'est dommage, je lui préparais un mail flamboyant) nous annonce d'un ton emphatique que Segolène Royal a encore sorti un néologisme énorme.
Hop, extrait vidéo.
C'est le meeting de Dijon, et Ségo se fend d'un petit bout de discours à l'occasion de la journée de la femme. Elle le termine par "Liberté, Egalité, Sororité."
Retour sur la journaliste, petit ton condescendant et sourire en coin. Sororité ca n'existe pas, sauf en anglais (sorority).
Chère Madame-dont-je-ne-connais-pas-le-nom-et-qui-semblez-avoir-très-clairement-choisi-votre-camp-politique (tellement que ca en devient indécent d'un point de vue éthique, mais bon l'éthique des journalistes hein ...), si vous lisiez autre chose que les communiqués de l'AFP (que vous ne comprenez d'ailleurs probablement pas), si vous preniez la peine de chercher quelques renseignements avant de sauter sur la moindre occasion de bourrer le crâne des télespectateurs, si vous aviez la moindre once de culture générale, vous sauriez que oui, le mot sororité est un néologisme dans le sens où il n'a pas été validé par cette assemblée de vieillards moribonds qu'est l'Académie Française, mais que, par contre, il est courament employé pour désigner le féminin de fraternité justement ou même pour parler d'organisations constituées uniquement de femmes. Il n'est pas d'ailleurs dérivé de l'anglais "sorority", mais du français "soral" qui désigne ce qui est relatif aux soeurs.

Bon, forcément, je doute que ce soit dans le Figaro que vous serez en mesure d'apprendre la signification de tels mots ...

samedi 24 février 2007

Ce qui est bien avec les Magic Missiles c'est que ça touche automatiquement (ze return)

Dans la catégorie des choses improbables, mystérieuses et magiques, j'appelle "le cadeau d'anniversaire de Flaoua".
Ce qu'il faut savoir c'est qu'à l'instant même où j'écrivais mon post précédent, quelque part dans Paris, un Kalou se mettait en quête du parfait cadeau d'anniversaire pour sa geekette de coloc.
Ce qu'il faut savoir c'est qu'avant d'écrire ce post je n'avais absolument pas parlé de mon envie de Lapin.
Ce qu'il faut savoir c'est qu'alors que l'encre n'en était même pas sèche, le Kalou attrapait le dernier Lapin en liberté dans un grand magasin parisien.
Ce qu'il faut savoir c'est qu'hier soir, alors que j'avais réuni quelques êtres chers pour fêter mon rapprochement fatidique de la trentaine, ils m'offrirent un Nabaztag.

Ce qu'il y a de bien dans la télépathie, c'est que ça marche.

jeudi 22 février 2007

Insignificant Matters

Ca faisait environ 42 éternités que je n'avais pas rempli de quelconque questionnaire ou autre quizz spécial blogueur en manque d'inspiration.
Pour le coup, vu que c'est Madame Monstre qui me passe la main, je reprends du service.

Voici donc 5 révélations insignifiantes à mon sujet.

- Quand j'étais gamine, je voulais être commissaire de police. Pas juste policier ou même inspecteur. Commissaire. Je m'imaginais un gros cigare dans la bouche, les pieds sur mon bureau entrain de dire à une armée de flicaillons "Vite ! Allez arrêter ces criminels !".

- Je suis allée en tout et pour tout 5 fois en cours lors de mon année de Terminale. En Philo, surtout.

- Je suis intimement persuadée que les brocolis sont l'incarnation du Mal.

- Quand j'avais une dizaine d'années, je me suis mise à faire des insomnies. On m'a emmené voir un pédopsychiatre qui a déterminé que ma mère était trop souvent absente et que j'étais aussi traumatisée par la mort récente du fils de ma nounou. En fait, les insomnies se sont arrêtées quand j'ai décroché le poster de David Bowie qui me faisait super peur dans la pénombre.

- Je suis totalement terrorisée par l'idée de devoir peut-être un jour accoucher. Quand on me parle accouchement j'ai des visions d'horreur sanguinolante, de douleur ignoble et d'épisiotomie abusive.

dimanche 18 février 2007

Constatation

Je crois bien qu'il va falloir se rendre à l'évidence : vous êtes plus fidèles que moi.

Ben oui, j'ai beau poster plus que sporadiquement, vous êtes toujours là.
J'ai beau ne pas répondre aux mails (bon ok c'est pas nouveau), vous m'écrivez toujours.
J'ai beau ne pas vraiment produire de posts de qualité, vous m'envoyez des cadeaux, vous me mailez pour me demander où est passée ma wishlist.
Jvous jure, recevoir mon premier cadeau d'anniversaire d'un lecteur totalement inconnu (dans le sens où à priori il est n'est même pas passé par ma mailbox avant), ca fait chaud au coeur.
Ca donne des envies de bonnes résolutions, mais je me connais, chez moi, les bonnes résolutions ca dure deux jours (et puis jsuis déja au régime depuis 2 semaines, et croyez moi, CA comme résolution, c'est l'enfer) alors je vous fais pas de grandes promesses. Juste celle que je ferai de mon mieux, pour poster un peu de Beau, un peu de Magie, un peu de Vrai.

Alors, merci à l'inconnu qui va probablement être la cause de mon égarement dans le FPS sur console, et aussi pour la BD magnifique qui accompagnait le jeu.
Et pour ceux qui m'ont posé la question par mail, non, la wishlist n'a pas disparu, elle est (et j'en ai profité pour la mettre à jour).

Et puis merci tout court, parce que vous ne cessez de m'étonner.

Revolution point com

Je vais peut-être commencer à m'intéresser à Second Life.

Au moins, là dedans, eux, ils arrivent à éradiquer le FN.

mardi 13 février 2007

Demon thoughts

Des silences lourds comme des enclumes de cartoon.
Des minutes qui s'égrènent dans un fracas infernal.
Même la playlist d'iTunes est pas capable de les couvrir.
"Excusez moi Jeune Homme, pour cet incident, il est vrai que ma bouche était contre la votre quelques instants."
La fenêtre qui clignote tout ce qu'elle peut dans l'indifférence générale.
Combat de catch dans la boue entre le petit ange et le petit démon.
Fatigue aidant, c'est le petit démon qui prend le dessus.
Tiens, Pantera maintenant.
"I fucked your girlfriend last night."
Murmure du petit gars cornu dans mon oreille.
Sonneries dans le vent.
Indifférence d'un répondeur impersonnel.
Ahah.
My Bloody Valentine.
Ce que j'aime avec le shuffle c'est l'ironie cinglante du hasard.
Oui je sais je psychote.
Je nage en plein délire paranoïaque, dirait un cher ami.
Ou pas.
Pas que je nage pas en plein délire paranoïaque, mais peut-être qu'il le dirait pas.
Probablement qu'il penserait comme moi.
Probablement que n'importe quelle personne saine d'esprit sur Terre penserait comme moi.

Ce post ne ressemble foutrement à rien.

vendredi 12 janvier 2007

L'angoisse de l'examen

J'sais pas quoi m'mettre.
Je suis là, je tourne en rond, jme pose la question.
J'sais pas quoi m'mettre.
Est-ce que jla joue façon Tank Girl ? Kawaï style ? Femme fatale ? Garçon manqué ? Etudiante farouche ?
J'sais pas quoi m'mettre bordel.
La moitié du contenu de ma garde robe s'étale dans ma chambre. Vous m'direz, ca change pas trop de d'habitude. Enfin, non, vous me direz rien, vous savez pas. Mais moi je sais, alors je vous dis.
J'sais pas quoi m'mettre.


En fait, en vrai de vrai, c'est simplement un prétexte.
Ca me permet de retarder le moment où je vais me préparer, puis celui où je vais être prête, ce qui du coup entrainera celui où je monterai dans ma bagnole pour finir par celui où j'appuierai sur le bouton de la sonnette.
Je repousse.

En même temps, il va bien falloir y aller ma grande.
Oui mais jsais pas quoi m'mettre.

Et puis qu'est ce qu'il se passe si ils m'aiment pas ? Ou si moi je les aime pas ?
A quoi ils s'attendent ? Est-ce qu'ils ont déja un a priori négatif ?
Après tout, c'est moi, l'autre, la responsable, le monstre, la vilaine fille qui a mis le bordel, qui a fait voler le couple modèle en éclats. Enfin, moi, non, pas seulement, mais je suis l'élément tangible, je peux être le bouc émissaire.
Est-ce qu'ils vont comparer ? Evidemment qu'ils vont comparer. Et on fait difficilement plus différent.

J'sais pas quoi m'mettre bordel.
Peut-être que vite fait je pourrais, d'un coup de marqueur, me faire un tee-shirt à message ?

"Ne me jugez pas.
Aimez moi."

vendredi 5 janvier 2007

Wishes

Wishes 2k7

lundi 25 décembre 2006

Two wrongs don't make a right but they make me feel a whole lot better

On s'parle pas beaucoup dites donc vous et moi ces derniers temps.

Bon ok, pas que je vous laisse généralement beaucoup vous exprimer, sauf dans mon mail, ayatollah du commentaire que je suis, m'enfin vous voyez bien ce que je veux dire, d'ailleurs vous vous privez pas de me l'écrire, je poste pas trop des masses beaucoup.

Ce qui m'émerveille c'est que vous vous êtes toujours là. Ouais okay, ptêt pas aussi nombreux faut pas déconner, mais tout de même, plusieurs centaines, tous les jours, à venir faire votre petit tour ici. Et puis à me mailer, à me raconter des trucs, à me parler, moi qui depuis 4 ans que ce blog existe suis toujours restée l'indécrottable autiste du mail, étrange maladie qui m'empêche de cliquer sur le bouton "reply".
Bref vous êtes là, et moi aussi, en dépit des apparences.
Je ne sais pas ce qui fait qu'on blogue plus ou moins. Je ne sais pas si le temps conduit inéxorablement à la chute du rythme des posts. Si j'en crois ce que j'en vois chez les "vieux" blogueurs que je fréquente, il faut croire que c'est une maladie répandue. Oui mais due à quoi ? Ce n'est pas comme si j'avais perdu ma curiosité, ma capacité d'émerveillement ou mon envie de raconter. C'est plutôt comme si j'avais envie de *substance*. Avant, je pouvais poster sur tout et n'importe quoi. Quand je relis les tous premiers mois de ce blog je me rends compte que j'étais capable de faire un post pour dire que j'avais joué à CS et que j'allais me coucher. Ca, clairement, je crois que ca ne me viendrait plus à l'esprit. Envie de substance, donc. Et puis, ne nous mentons pas, il y a la flemme, aussi. Parce que les sujets de post me viennent toujours aussi nombreux. Mais que souvent je les écris dans ma tête et ca me suffit. Je tappe vite hein, mais bordel, je pense encore plus vite et j'ai même pas besoin d'être devant la bécane pour ça.
Pas envie de fermer, pourtant. Parce que cet espace est là, qu'il est chez moi et qu'il est une possibilité en soi. La possibilité de poster si je le veux. La possibilité de me taire si je le veux. Je sais pas si c'est bien clair, ca sonne un peu fouillis. Tant pis, jme comprends.
Enfin voilà, la ce soir je suis là et j'ai choisi la possibilité de dire.
Quand j'ai cliqué sur "Nouveau billet" dans ma jolie interface dotclear by Gandi, je savais juste que j'avais envie de poster et je ne savais pas du tout ce que j'allais dire. Je crois bien que c'est une première pour moi. En général j'ai au moins le sujet et le titre. A l'heure ou j'écris ces lignes, le champ "titre" de mon formulaire est encore vierge. Je verrai plus tard. Après le point final.
Je sais pas, c'est peut-être l'effet Noël, tout ce foie gras et ce Champagne, et ce Sauternes, et ce Bourgogne, et ce re-Champagne qui se battent pour la possession de mon foie, c'est peut-être l'effet fin d'année, je sais pas, j'avais envie de venir là et d'aligner des phrases et pis paf on verra bien ce qu'il en sortira. Probablement un post trop long et indigeste, un peu comme les repas de fêtes, mais vous allez pas vous plaindre, vous arrêtez pas de me réclamer des posts. Fallait préciser des posts *intéressants*, na.
Pourtant, des posts intéressants j'en ai écrit plein dans ma tête ces derniers temps.
Par exemple je voulais vous dire que j'étais au concert de TooL le 10 Décembre au Zénith, que c'était une fois de plus parfaitement magique, que Maynard est définitivement cinglé (il chante désormais avec un masque à gaz sur la gueule), que leur première première partie, Entronaut (un des groupes de Heitham Al-Sayed, ex Senser et déja guest star au précédent concert de TooL à Paris cette année), était très chouette, que leur deuxième première partie, Mastodon, n'avait franchement rien à foutre là (des gros barbus qui font du gros métal qui sent sous les bras, je vois pas vraiment le rapport avec TooL, ou alors ils étaient là comme faire-valoirs), que le show vidéo de TooL s'est encore amélioré (aux vidéos sublissimes d'Adam Jones se sont ajoutés des jeux de lumière et de lasers carrément trippants) et que malgré une setlist relativement statique d'un concert à l'autre, chacune de leurs apparitions scéniques est un vrai bonheur.
Je voulais aussi vous parler depuis des mois d'un bouquin ovni qu'il vous faut absolument lire, ca s'appelle La Horde du Contrevent, c'est tout simplement splendide, inracontable, indescriptible, incroyablement poétique, original, merveilleusement bien écrit, par un monsieur qui se nomme Alain Damasio, édité par La Volte, et, le hasard faisant bien les choses, dans ma nouvelle vie de chef d'entreprise youpi tralala, je me retrouve à bosser pour cette maison d'édition justement, et pour cet auteur justement (bis), et ca n'a rien à voir avec le fait que je vous parle de ce livre mais comme toujours je reste émerveillée à chaque occurence du Small World Effect (c)(tm).
Ma vie d'entreprenaute de l'internet-cyber-multimedia je voulais vous en parler aussi, de mes tribulations administratives, de mes doutes, de mes espoirs, des bonnes nouvelles, des projets trop chouettes et des contrats chiants mais qui payent, de ceux qui me font tripper mais qui rapportent pas tripette, de mon tailleur flambant neuf d'executive woman yoohoo, tout ca, tous les jours, je pense à vous le dire, et puis, ca passe, paf, comme une occasion manquée, et puis ca revient mais ca repart avant que je trouve le temps, paf (encore).
J'aurais également pu vous raconter que j'ai découvert grâce à Madame Monstre que le sevrage brutal de Gtalk peut mener au bondage, mais aussi grâce à Lisbeï qu'un appartement vide est un appel à l'orgie et que Kasparov a désormais LE job parfait pour faire tomber toutes les minettes dans son pieu (mais Môssieur joue au gars pas intéressé).
Et puis évidemment, il y a le plus privé, le plus intime, le plus épanouissant, le plus magique, 16 mois que ca dure, que tous les matins je me pince pour être sure de pas rêver, mon bonheur à moi rien qu'à moi, même si parfois je vacille, même si parfois je doute, même si parfois j'ai peur, forcément, quelque chose d'aussi merveilleux, je suis terrorisée à l'idée de le perdre, tout ce bleu, tout ce doux, tout ce tendre, qu'on me le reprenne, qu'on me dise que c'était pour rire, pour de faux, m'enfin pauvre conne, comment t'as pu y croire ? Mais malgré la peur j'y crois, j'y crois bordel, de toutes mes forces, et plus dure sera la chute, mais elle viendra pas, je la nargue, je la défie, vas-y, fais moi trébucher et tu verras qu'Il sera là pour me rattraper et je t'emmerde, connasse de fatalité.

Et tant de choses encore.
Mais il est tard bordel (oui je sais je dis beaucoup bordel, je sais pas pourquoi, je préfère bordel à putain, et pourtant, l'un dans l'autre ...), et ce post est déja monstrueusement long, et probablement que vous avez déja laché l'affaire, mais vous savez quoi ? Ben moi je suis heureuse de l'avoir écrit.
Et finalement, c'est tout ce qui compte, foi de blogueuse.

PS : Voilà, j'ai trouvé le titre, je suis pas sure qu'il soit très compréhensible, mais moi je sais le pourquoi du comment, alors ca va.

mercredi 13 décembre 2006

How *not* to disappear completely

Ah non Lara, c'est formellement impossible.
Jte jure.
Parce que si tu fermes, comment je fais moi pour prendre de tes nouvelles ?
Tu voudrais tout de même pas m'obliger à changer mes habitudes de sauvageonne sociopathe et me contraindre à prendre mon téléphone pour te demander comment tu vas ?
Non, je suis sure que tu ne voudrais pas ça.
Du coup voilà, hop, tu peux pas fermer.
C'est tout.

- page 3 de 5 -