:. Words (still) Falling Apart .:

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 15 mars 2009

Ignorance is bliss

Here comes the water.

All I knew and all I believed
are crumbling images
that no longer comfort me.
I scramble to reach higher ground,
some order and sanity,
or something to comfort me.

So I take what is mine,and hold what is mine,
suffocate what is mine, and bury what's mine.
Soon the water will come
and claim what is mine.
I must leave it behind,
and climb to a new place now.

This ground is not the rock I thought it to be.

Thought I was high, and free.
I thought I was there
divine destiny.

I was wrong.
This changes everything.

The water is rising up on me.
Thought the sun would come deliver me,
but the truth has come to punish me instead.

The ground is breaking down right under me.
Cleanse and purge me
in the water.

TooL - Flood

jeudi 13 novembre 2008

Noir Désir is alive

Je voulais faire un vrai post et tout.
Parce qu'en plus j'y pensais pile poil cet aprem en voiture, à cause d'une chanson qui passait à la radio, un gars là, il s'appelle K, il chante comme Cantat sur une musique comme celle de NoirDez, ça fait beaucoup beaucoup de plagiat pour un seul mec.
Bref bref, je voulais faire un vrai post mais paf, il est 1h36, je fini tout juste de bosser et j'ai plus le courage de rien à part de ramper jusqu'à mon pieu pour chourrer tant bien que mal mes même pas 5 heures de sommeil.
Je voulais faire un vrai post mais tant pis.

Je vous dis juste ça : http://noirdez.com/telechargements/gagnantsperdants.htm

Bordel ce que c'est bon de les entendre à nouveau.

Edit : C'est dans la playlist Deezer, là, à gauche.

samedi 12 juillet 2008

Du ménage dans la playlist

Parce que la dernière fois que j'ai mis ma playlist Radio Blog à jour c'était en Septembre 2006.
Parce que Radio Blog c'est bien mais un peu mort et que Deezer ça roxe quand même un peu sa maman en short.
Parce que j'en avais envie tout simplement.

Alors voilà, clickouillez là-haut, à gauche, dans le widget Deezer et écoutez un peu de bon son.

Les morceaux de la playlist :

Lire la suite...

mardi 6 mai 2008

Please could you stay a while to share my grief

Au début j'étais partie pour vous parler de l'abominable première partie du concert de Portishead.
Au début, c'est à dire hier, aux alentours de 20h30, quand ça n'en finissait plus d'être insupportable.

Et puis ..
Et puis tout cela a été simplement et inexorablement balayé.
Par la voix de Beth Gibbons.
Par sa présence à la fois nonchalante et irradiante.
Par la force du groupe, par la puissance de ce que leur musique dégage.

Par un Wandering Star qui m'a fait pleurer comme une petite fille.

En quelques minutes seulement toutes mes peurs de ne pas retrouver la magie de leurs albums en live volent en éclats.
Parce qu'hier soir au Zénith, la Magie était là, sans conteste.
Et Beth Gibbons est une Magicienne incomparable.

jeudi 31 mai 2007

He's the Boy with the Bubblegun

Généralement, lorsque je vais à un concert et que je retrouve exactement ce que j'ai entendu sur album, je suis déçue.
Après tout, à quoi bon se déplacer pour un live si c'est pour avoir la même chose que bien au chaud dans le canap' ?
Je me souviens de ce concert de PJ Harvey aux arênes de Nimes où je m'étais emmerdée comme un rat mort, avec l'impression d'entendre du studio en moins bien.

Tom McRae sera l'exception qui confirme la règle.
Ce soir à la Cigale, pendant deux heures parfaites, j'ai retrouvé l'exacte ambiance de ses albums.
Mais ça avait quelque chose de magique.
Probablement grâce à cette salle que j'adore définitivement, pas trop grande, intime, presque.
Probablement aussi grâce à cette scène dépouillée, 2 pianos, un micro, un éclairage simple, tamisé.
Très certainement aussi à cause du violoncelliste qui accompagne McRae. Le violoncelle en live, ça m'a toujours remué les tripes.
Mais par dessus tout à cause du personnage en lui même, que je n'imaginais pas du tout comme ça.
Simple, ouvert, causant, drôle, même.
Jouant avec le public, heureux d'être là.
Pas juste le gars venu faire son set corvée et basta.

Ce soir à la Cigale il y avait des étincelles qui crépitaient le long du micro de Monsieur McRae.
Il nous a dit merci, beaucoup, longtemps.
Merci à toi Tom, surtout.

mercredi 7 mars 2007

Blue Notes

3h30 de Magie, de musique, de joie et de partage.

3h30 blottie contre toi.
3h30 d'étincelles toutes bleues qui crépitent.

Merci, Monsieur Higelin.

Tombé du ciel,
À travers les nuages,
Quel heureux présage
Pour un aiguilleur du ciel!
Tombé du lit,
Fauché en plein rêve,
Frappé par le glaive
De la sonnerie du réveil,
Tombé dans l'oreille d'un sourd
Qui venait de tomber en amour la veille
D'une hôtesse de l'air fidèle
Tombée du haut de la passerelle
Dans les bras d'un bagagiste
Un peu volage,
Ancien tueur à gages,
Comment peut-on tomber plus mal?

Tombé du ciel,
Rebelle aux louanges,
Chassé par les anges
Du paradis originel,
Tombé de sommeil,
Perdu connaissance,
Retombé en enfance
Au pied du grand sapin de Noël
Voilé de mystère
Sous mon regard ébloui
Par la naissance
D'une étoile dans le désert,
Tombée comme un météore
Dans les poches de Balthazar
Gaspard ou Melchior,
Les trois fameux rois mages,
Trafiquants d'import export.

Tombé d'en haut,
Comme les petites gouttes d'eau
Que j'entends tomber dehors,
Par la fenêtre,
Quand je m'endors, le coeur en fête.
Poseur de girouettes,
Du haut du clocher,
Donne à ma voix la direction
Par où le vent fredonne ma chanson.
Tombé sur un jour de chance,
Tombé, à la fleur de l'âge, dans l'oubli... solo!

C'est fou ce qu'on peut voir tomber,
Quand on traîne sur le pavé,
Les yeux en l'air,
La semelle battant la poussière.
On voit tomber des balcons
Des mégots, des pots de fleur,
Des chanteurs de charme,
Des jeunes filles en larmes
Et des alpinistes amateurs.

Tombé d'en haut,
Comme les petites gouttes d'eau
Que j'entends tomber dehors,
Par la fenêtre,
Quand je m'endors, le coeur en fête.
Poseur de girouettes,
Du haut du clocher,
Donne à ma voix la direction
Par où le vent fredonne ma chanson.
Tombé sur un jour de chance,
Tombé, à la fleur de l'âge, dans l'oubli...

Tombé à terre
Pour la fille qu'on aime,
Se relever indemne
Et retomber amoureux,
Tombé sur toi,
Tombé en pâmoison,
Avalé la cigüe,
Goutté le poison qui tue:
L'amour,
L'amour encore et toujours.


Jacques Higelin - Tombé du ciel

mardi 18 juillet 2006

The Toolshed

Mon ami Google Analytics m'annonce qu'en tête des keywords amenant sur la nouvelle url de ce blog se trouvent pas mal de combinaisons comportant "TooL".
J'en déduis que, finalement, non, je ne suis pas l'unique ultime fan de ce groupe (bon ok les quelques milliers de personnes qui étaient avec moi aux 4 derniers concerts parisiens m'avaient déja mise sur la piste, j'avoue).

C'est donc l'occasion de faire un post utile.
LE site sur TooL, le Meilleur (avec un grand M) et de loin, c'est The Toolshed. Mine d'infos, hyper vivant, très régulièrement mis à jour, je vous le conseille donc fortement.

J'en profite pour glisser au passage que Heitham Al-Sayed, chanteur de Senser (et guest star au dernier concert de TooL à Paris) sera en concert avec son autre groupe (français, d'ailleurs), In the Guise of Men, à la Scène Bastille le 26 Juillet. Si l'on en croit ce que l'on peut entendre sur leur myspace ca promet du bon gros son qui envoie.

mardi 11 juillet 2006

Playlist - La suite

Y a des choses qui changent pas.
Comme le fait que je sois une grosse flemmasse.
15 jours après, voilà donc la suite du pourquoi du comment de la playlist Radio Blog.

Lamb - What Sound, All In Your Hands, Ear Parcel & Little Things

Lamb, c'est d'abord la voix de Louise Rhodes, parfois enfantine, souvent caressante, toujours absolument pure.
Ah non.
Lamb, ce sont d'abord des samples planants, du trip-hop matiné d'accents jungle, jazzy & drum n'bass.
Ah non.
Lamb, ce sont tout d'abord de vrais lyrics pas simplement pour faire joli, des mots pas pour de faux, comme on les aime.
Ah non.

En fait Lamb c'est tout ça à la fois, c'est du pur bonheur, depuis le très electro Ear Parcel jusqu'à l'extrêmement mélodique All In Your Hands.
A consommer sans aucune modération.

Archive - Fuck U

Est-il vraiment nécessaire de faire ici l'article d'Archive ?
En souvenir d'un des concerts les plus magiques qu'il m'ait été donné de voir (et surtout d'entendre !), en souvenir de tant d'heures à écouter Londinium en boucle, simplement parce que c'est de la musique qui serre le coeur et qui met une boule au creux du ventre.
Cette chanson parce qu'elle est dure, et vraie, et qu'elle fait partie de celles que j'aurais voulu écrire moi-même.

Nine Inch Nails - Starfuckers Inc. & Closer

Plus les années passent et moins je goûte la musique "violente". Nine Inch Nails fait partie des rares groupes de cette catégorie que je continue à écouter encore et encore avec énormément de plaisir. Du métal indus en finesse, qui doit beaucoup de son côté hypnotique à la voix du très charismatique Trent Reznor.
Bref, comme Archive, un groupe dont je doute qu'il soit nécessaire de le présenter.
En écoute Starfuckers et l'énormissime Closer dont les paroles sont (entre autres) "I wanna fuck u like an animal, I wanna feel you from the inside".

Pop Will Eat Itself (PWEI) - Ich Bin Ein Auslander & Cape Connection

Probablement le moins connu des groupes de cette playlist.
PWEI et moi c'est une vieille histoire.
Pas loin de 15 ans en arrière, à l'époque où on s'échangeait des compils faites maison sur cassette entre potes, je me prenais régulièrement de grosses claques musicales dans la tête. Fisbone, Filter, Alice in Chains, Mister Bungle furent au nombre de ces claques. Et puis les anglais de PWEI.
Du métal efficace sans être casse-oreilles, quelques samples judicieusement placés, du bon gros son qui fait plaisir avec quelques débordements fusionnesques.
Miam.

Mass Hystéria - L'Effet Papillon

Encore un de ces groupes pourtant carrément "bruyants" dont je ne me lasse pas.
Mass Hystéria c'est de l'énergie à l'état pur.
De la pêche, du bon esprit, des textes intelligents et incisifs (pas si fréquent dans la scène métal française), de la musique qui donne envie de sauter partout.
Un groupe à voir absolument en Live.

Gorillaz - Dare

Si je m'étais écoutée, j'aurais collé une bonne dizaine de morceaux de Gorillaz.
Dare, bien que kitchissime au possible, résume très bien ce que j'aime dans ce groupe.
Des chansons qui scotchent un gros sourire sur le visage, qui donnent envie de les chanter à tue-tête (ce dont je ne me prive pas, seule en bagnole au milieu des embouteillages), pleines de rythme et d'entrain, mélanges improbables d'un tas de styles.
Du bonheur, encore.


Bon voilà, c'en est donc fini des explications du pourquoi de cette playlist.
Ca tombe bien, ca me démangeait d'y apporter des modifications :p

jeudi 29 juin 2006

Some say the end is near. Some say we'll see armageddon soon.


Ca commence en retard.
Forcément.
Pas de première partie, alors on chauffe la salle à l'impatience.
Et ça marche.

Ca commence sur le larsen version sirène de la basse de Justin Chancellor.
Sur la gratte d'Adam Jones qui lui répond.
Et sur la silhouette de Maynard qui se découpe en ombre chinoise derrière les inévitables écrans.
Avec sa mini-crête et son corps déformé par le jeu d'ombres, il a quelque chose d'un monstre aquatique.

Comme sur l'album, les accords planants de Lost Keys laissent la place aux gros riffs de Roseta Stoned.
Mégaphone en guise de micro, l'effet est saisissant.


Puis les chansons s'enchainent.
Efficace, la machine-outil est bien rodée.
Une version étendue de Stinkfist, rien que du bonheur.
Une faveur incroyable en l'interprétation d'Opiate (avec en guest star Heitham Al-Sayed, chanteur de Senser).
Une fin en explosion sonore sur un Aenema magique.
Le tout accompagné, comme toujours, des clips hypnotisants d'Adam Jones, projetés sur les écrans de la scène, et dans lesquels Maynard jouait à fondre sa silhouette.

Au total un vrai beau concert Toolesque, aux accents chamaniques/athmosphériques non sans rappeler parfois le Live at Pompeii des Floyd.
Quelques petits moins .. Set trop court (bon évidemment quand on aime c'est toujours trop court mais Maynard nous avait promis 2 heures qui se sont transformées en 1h30, pause rappel inclue), son trop fort (comme souvent au Zénith), basses trop saturées (comme souvent au Zénith), un Maynard qui joue la starlette (la dernière fois il avait tourné le dos au public parce qu'il n'aime pas les flashs, la il a fait un speech sur sa précieuse voix et la cigarette), un public de merde (des boeufs black metalleux qui éructent en hurlant pendant les impros pianissimo d'Adam Jones et Justin Chancellor).

Une vraie déception : Pas de Sober (en fait aucune chanson de l'album Undertow)
Un vrai bonheur : Maynard a terminé le concert en lançant un "See you in November".

Pour finir, la setlist :

Lost Keys
Rosetta Stoned
Stinkfist
Forty Six & 2
Jambi
Schism
Opiate
Intension (intro)
Right In Two
Lateralus
Vicarious
Ænema

mercredi 28 juin 2006

RadioBloged

Les plus observateurs d'entre vous n'auront pas été sans remarquer la récente apparition d'une radio blog dans la barre de gauche.
Après tout, quitte à changer de techno et de layout, pourquoi ne pas céder aux sirènes si longtemps repoussées de la hypitude blogesque (oui je sais, ca fait longtemps que c'est plus hype mais justement ca fait tellement longtemps que ca le redevient, enfin jme comprends).
Voilà donc de quoi vous remplir les esgourdes de ma programmation musicale à moi que j'ai.
Oui mais le tout c'est pas de vous balancer de la zik au nez et de m'en laver les mains.
Faut-il encore que je vous explique le pourquoi du comment.
Allonz'y donc.

Bertrand & et AlexisHK - Le Grand Battle

Alors ça, c'est l'ovni de la playlist. Quand OuïFM et le Mouv' me les brisent trop à passer soit de la pub soit du Saez, et que l'horaire y est propice, je cale mon autoradio sur Néo, petite station parisienne partageant sa fréquence avec Ici & Maintenant.
C'est comme ça que je suis tombée sur Le Grand Battle, chanson rigolote parodiant les battles de rappeurs en mettant en scène une autruche et un pingouin. Ca fait deux semaines que je n'arrive pas à me sortir cette chanson de la tête, du coup je vous l'inflige.
Na.

Yubaba, Smith & Fortune - Sugar Pills

Bon là j'avoue, chuis partiale.
Le chanteur de YS&F bosse dans la même boîte que moi en tant que dev / sound designer.
En même temps y a pas que ça.
D'abord, quand on va voir le myspace du groupe, on y apprend que leurs influences sont "My Bloody Valentine, Phil Spector, The Cure, Neil Young, Animal Collective, The Beach Boys, Sonic Youth, Aphex Twin, The Pixies, The Beatles and George Martin, Kraftwerk, Nirvana, Leonard Cohen, The Breeders, David Bowie, Daft Punk, Grandaddy, Ennio Morricone, Depeche Mode, The Flaming Lips, Steve Albini, Broadcast, Joni Mitchell, Supergrass, the Zombies, Dolly Parton, Nick Drake, Pink Floyd".
Ca part plutôt bien.
En plus ce qu'ils font est vraiment bien, les styles varient pas mal de leurs plus anciens morceaux aux plus récents mais globalement ça fait plaisir.
Ah, au fait, ils cherchent un label ....

Aphex Twin - Windowlicker, Ventolin & Milkman

Ca c'est juste pour faire plaisir à Kalou.
Non, j'exagère un peu.
Mais à peine.

TooL - The Pot, Lost Keys & Intension

Trois extraits du dernier album du meilleur groupe de l'univers connu et inconnu.
Parce que c'est beau, parce que c'est une musique avec une *âme*, parce que la voix de Maynard James Keenan me donne des frissons, parce que la basse de Justin Chancelor m'hypnotise, parce que les textes sont fabuleux, parce que, parce que, parce que, parce que.
En bref, TooL c'est un bon ptit groupe et je serai ce soir au Zénith entrain de sautiller en hurlant sur Sober comme la dernière des groupies.

Bon, si j'en mets une telle tartine sur chaque chanson de la playlist, on a pas fini, donc, la suite demain.